décembre 2013
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Under the Dome – Saison 1

La première saison de la série américaine Under the Dome, développée par Brian K. Vaughan à partir du roman de Stephen King, vient d’être diffusée sur M6. S’il faut souligner la relative rapidité de sa disponibilité en VF sur une chaîne nationale (la série ayant été initialement diffusée cet été sur CBS) et la programmation d’une diffusion VM (version multilingue) par la petite chaîne qui monte, il faudra cependant regretter que cette option n’ait pas été proposée sur leur tout nouveau site de streaming. Cette première saison, donc, diffusée de fin octobre à fin novembre, a connu un bon démarrage : le premier épisode a ainsi attiré 4,66 millions de téléspectateurs pour 20,5 % de part de marché. Il est fort probable que l’étiquette « Stephen King » et une programmation concurrente plutôt décevante aient éveillé l’intérêt de nombreux téléspectateurs…

Car n’en doutons pas, Stephen King représente une véritable mine d’inspiration pour les créateurs de séries télévisées. L’adaptation de la moindre œuvre tirée de sa bibliographie conséquente suffit également à éveiller la curiosité, pour peu que la production sache en tirer un scénario digne de ce nom. Lister ici même toutes les adaptations de ses œuvres sur le petit écran prendrait d’ailleurs trop de temps et mériterait un billet à part entière, tant elles sont nombreuses. Aussi revenons plutôt à cette nouvelle série, Under the Dome : Chester’s Mill, dans l’état américain du Maine, est une paisible bourgade rurale. Les événements retentissants y sont rares, et chacun vit sa petite histoire à l’abri des regards indiscrets de ses voisins. Mais subitement, un dôme transparent recouvre la ville et la prive de toute communication avec le monde extérieur. Les citoyens de Chester’s Mill se retrouvent prisonniers. A la confusion des premiers temps succède la panique, et la ville toute entière menace de sombrer dans le chaos. Quelques individus émergent, profitant de la confusion ambiante. James « Big Jim » Rennie, conseiller municipal, s’improvise chef de la ville. Linda Esquivel, adjointe du shérif, se retrouve en charge de la sécurité de la bourgade après que ce dernier meurt brutalement en touchant le dôme. Dale « Barbie » Barbara, petite frappe et ancien militaire, est lui aussi coincé sous le dôme alors qu’il cherchait à quitter précipitamment la ville. Enfin « Junior » Rennie ne supporte pas la brutale rupture avec sa petite amie Angie McAlister, et décide de la séquestrer dans un ancien abri anti-atomique… Le dôme acerbe les tensions et les dérapages se multiplient à une vitesse vertigineuse. Mais encore plus préoccupant, ce huis-clos brutal risque de faire ressurgir plus d’un secret à Chester’s Mill… Et certains pourraient bien menacer la survie même de la population prise au piège.

Série de science-fiction pour l’instant disponible sous la forme d’une seule saison de 13 épisodes (la seconde saison étant actuellement en production), Under the Dome s’appuie donc sur le roman de Stephen King. Ne l’ayant malheureusement pas lu, je ne serai pas en mesure de juger de la fidélité de l’adaptation. Cependant, le côté thriller de l’œuvre et les multiples rebondissements ficelés pour tenir le spectateur en haleine permettent de retracer l’intrigue principale du roman. Si les premiers épisodes suivent les conséquences de l’arrivée du dôme pour plusieurs personnages indépendants, ces histoires s’entremêlent rapidement autour d’un principal axe de développement centré autour des rivalités de Big Jim et de Barbie pour le contrôle de la ville. La découverte par un groupe d’adolescents d’un mini dôme protégeant un mystérieux œuf noir crée au fil de la saison un second plan scénaristique, et le spectateur ne manquera pas de comprendre rapidement que ces deux intrigues finiront par se rejoindre au terme de la saison. Le scénario, relativement convenu, est également truffé de rebondissements et révélations secondaires censés maintenir l’attention du spectateur. Malheureusement, rien de nouveau dans ce domaine, toujours les mêmes ficelles, et chaque nouvel épisode aurait plutôt tendance à amener son lot d’incohérences supplémentaires plutôt que de ciseler une trame suffisamment riche et complexe pour tenir véritablement en haleine le spectateur.

Under the Dome ne m’a donc pas particulièrement convaincu. Programme agréable à regarder mais n’offrant qu’un divertissement moyen, nous ne sommes franchement pas en présence d’une nouvelle série culte de science-fiction. Au final, je qualifierais même Under the Dome de série plutôt dispensable, mais qui aura eu l’avantage de meubler quelques dimanche après-midi pluvieux.

under_the_dome_serie

 

13 commentaires sur : Under the Dome – Saison 1

  • J’ai dévoré les deux pavés de tonton King avec d’autant plus de plaisir que ça faisait longtemps que je m’étais sevré du maître de Bangor.
    J’ai essayé de regarder la série qui en a été tirée mais j’ai à peine réussi à aller jusqu’au bout du premier épisode.
    Pourtant, sachant comment le livre se termine et cette histoire d’oeuf qui n’est pas dans l’histoire originale, je suis tout de même curieux de voir comment va être traitée la saison 2…

  • Finalement, lire les livres sera donc plus efficace. Et puis, pas d’omelette sans casser des œufs ! Ok je sors de mon propre blog.

  • Je suis complètement passé à côté : le peu que j’en ai vu (trop peu pour juger honnêtement sans doute, mais mon temps libre étant compté…) m’a paru totalement cliché…

  • nova express

    Premiers épisode pas mal ensuite c’est lent on s’ennui ( games of thrones S1 est lent aussi mais je ne me suis pas ennuyé) . je me suis demandé comment il allait faire plusieurs saison avec ce scénario . regain d’intérêt vers le dernier quart de la saison . Au final c’est pas assez prenant, une mini serie de 6 épisodes aurait été beaucoup plus efficace. pas lu du tout les 2 pavets mais King participe au script de la série et à déjà pas mal communiqué sur le fait que la série ne sera pas un coupé collé du livre . enfin c’est pas passionnant quand même et très loin d’être la série de Sf de l’année …

  • Peut-être que la saison 2 apportera quelques nouveautés pertinentes. Qui sait ?

  • Ca se laisse regarder, même je me demande bien pourquoi dès les premiers heures, l’armée ne se met pas à communiquer avec les civils via des panneaux, ça me parait la moindre des choses…

  • Ils tentent de contacter Barbie à la fin de la saison 1, enfin c’est comme tu le dis, ils tentent mais sans trop essayer non plus :D

  • Ha, j’ai écrit mon article sur la série hier, et comme toi je suis un peu déçue. Entre Stephen King et Dean Norris, je dois dire que j’en attendais sans doute un peu trop. Je trouve ça un peu « déjà vu ». mais dans un contexte où les nouvelles bonnes séries se font rares (ou se font annuler du jour au lendemain!) et les anciennes prennent fin, j’ai quand même tenu toute la saison (ceci étant, j’ai trouvé que ça s’arrangeait vers la fin de la saison)

  • Amy

    Je n’ai vu que le premier épisode, et j’avoue que ça m’a suffi. Je m’attendais à mieux, surtout que mon copain avait vraiment aimé les livres, et râlait donc pas mal durant notre visionnage !

  • Bon, comme d’hab, j’arrive avec mon panneau bon public.

    J’ai aimé… mais sans plus.

    Le postulat de départ est bien bandant, les mini-communautés c’est mon dada (argh! BattleStar Galactica )…

    Mais deux trucs m’ont gênés.

    - J’ai pas été convaincu par les « héros ». Physiquement, je n’ai pas réussi à accrocher à Barbie, je lui est trouvé un certain manque de charisme. Ça vient sûrement qu’il est assez dur de lui donner un âge…

    - À la fin, il y a pas mal de raccourci et d’incohérences :
    – Linda qui ne bite plus rien du tout… Dommage, au début, elle était loin d’être conne.
    – La rousse qui ne se sert pas du talkie-walkie pour parler à l’ensemble de la police et de la milice armée… non, au lieu de ça, juste des plans foireux…

    Bref, un peu dommage…
    Mais j’ai quand même hâte de voir la suite.

  • Bon, les cocos de la maison sont tombé sur la série que j’avais mise dans la boîtàdivisque et j’ai donc regardé la série (survolée à vrai dire) par procuration.

    Ce que j’en conclue : on a prit les personnages et le postulat de départ du bouquin, et on a complètement réécrit l’histoire. Pourquoi pas. l’adaptation pure aurait été un fiasco (mais sans doute beaucoup plus drôle).

    Ce que les cocos ici en ont conclu : « Pas la série du siècle. Même pas celle de l’année. Mais ça se laisse voir. C’est quand même mieux que les Ch’tis à Pôlemploi. »

    CQFD.

  • Je propose que la formule « C’est quand même mieux que les Ch’tis à Pôlemploi. » soit définitivement adoptée :D

Poster un commentaire

 

 

 

Cliquez sur "Répondre" dans un commentaire si vous souhaitez y répondre en particulier. Utilisez sinon la fenêtre ci-dessous pour poster une nouvelle discussion. Vous pouvez enrichir votre message avec des balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>