janvier 2013
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Créationnistes contre Evolutionnistes : l’inquiétante situation américaine

Il est parfois nécessaire de se rappeler que les Américains ne sont pas des « français parlant anglais », comme le dit la formule consacrée. Et à ce sujet, l’article « Liberal War on Science » de Michael Shermer dans Scientific American vérifie amplement l’adage sur le plan scientifique. Ainsi connaissions-nous déjà la foi inébranlable des Républicains en l’intelligent design et les armes à feu. Michael Shermer nous apprend que la situation est, de manière générale, presque aussi catastrophique chez les Démocrates.

Si les Républicains sont entrés en guerre contre la science depuis plusieurs années, pour reprendre le titre du livre de Chris Mooney (The Republican War on Science, 2006), la situation en 2012 montre que le créationnisme est en passe de devenir une croyance majoritaire, toute tendance politique confondue. Ainsi, 58% des Républicains croient en la théorie de la « Terre jeune » et considèrent que Dieu a bien créé l’homme. Chez les Démocrates, 41% partagent cette opinion affligeante. Dans un registre scientifique différent mais tout aussi inquiétant, rappelons que 51 % des Républicains et 19% des Démocrates sont des climato-sceptiques…

jesus_dino_believe

Rien d’étonnant avec de tels opinions que la récente campagne électorale américaine ait été jalonnée de déclarations rétrogrades et écœurantes, comme lorsque le sénateur Républicain du Missouri Todd Akin stipula que si une femme tombait enceinte après un viol, c’était de sa seule faute. Le Républicain Jerry Bergevin du New Hampshire déclarait en février dernier : « Je veux que soit présenté le portrait complet de l’évolution et des gens qui ont eu ces idées. C’est une vision du monde et elle est sans dieu. L’athéisme a été essayé dans divers pays, et ces sociétés ont été vraiment criminelles chez elles et à l’étranger. L’Union soviétique, Cuba, les nazis, la Chine aujourd’hui : ils ne respectent pas les droits de l’homme « … Pour finir en reliant l’évolutionnisme au massacre de Columbine (1999) : « Vous vous souvenez de Columbine ? Ces gens-là croyaient à l’évolution » .

L’article de Chris Mooney pointe directement les partisans de la « Terre jeune » comme l’une des tendances majoritaires dans la classe politique américaine. Mais à quoi correspond exactement ce mouvement ? Un court inventaire des positions et mouvances les plus fréquemment rencontrées au sujet de l’évolution semble donc opportun. Dans l’échelle menant du Créationnisme à l’Evolution, se présentent plusieurs échelons que je vais tâcher de résumer brièvement. Notons tout d’abord plusieurs grands ensembles pouvant englober différents courants distincts : évolutionnistes (E) contre créationnistes (C), eux-même subdivisés entre partisans de la Terre jeune (YE) et de la Terre âgée (OE). Sans oublier l’intelligent design (ID) qui plus qu’un courant distinct se manifeste plutôt comme une approche créationniste se voulant « critique » face à la théorie de l’Evolution. L’intelligent design correspond ainsi à la ligne de pensée de nombreux courants créationnistes, malgré certaines divergences entre eux. Les mouvements créationnistes athées restant très marginaux, ils ne seront abordés qu’à travers l’exemple de mouvements sectaires.

- Les partisans de la Terre Plate (C, YE) : très rares individus encore persuadés qu’on nous cache la vérité…

- Les géocentristes (C, YE) : actifs aux Etats-Unis, mais également en France où l’association CESHE défend l’idée d’une Terre au centre de la Création.

- Les Créationnistes de la Terre jeune (C, YE, ID) : courant acceptant l’héliocentrisme mais fondamentalement attaché à une Création divine en 6 jours, comme écrit dans la Genèse. Pour eux, la Terre n’aurait pas plus de 6000-10000 ans.

- Les « gap » Créationnistes (C, OE, ID)  : s’ils acceptent pour l’essentiel les données géophysiques et géologiques, ils considèrent que le Monde fut recréé par Dieu après un premier essai effacé, dont nous ne retrouvons plus que les traces fossiles. Cependant, s’ils reconnaissent pour la plupart l’existence de fossiles, ils rejettent la biologie moderne et certaines données paléontologiques.

- Les « Day-age » Créationnistes (C, OE, ID) : ceux-là interprètent les six jours de la Genèse comme des résumés bibliques d’âges géologiques entiers. On y retrouve les Témoins de Jéhovah. Le fondamentaliste musulman Harun Yahya se rapproche aussi de ce mouvement : le Coran rapporte que la Création eut lieu en 6 « jours », le terme arabe désignant cependant une durée relative beaucoup plus longue. Harun Yahya reconnaît pour sa part l’existence des fossiles, mais ne leur trouve aucune différence avec les espèces actuelles.

- Les Créationnistes progressifs (C, OE, ID) : pour ces partisans, les êtres vivants furent créés successivement au cours des temps géologiques, mais sans aucune autre explication qu’une création divine.

- Les Créationnistes évolutionnistes (C, OE) : mouvance beaucoup plus tolérante vis à vis de la Science, qui peut même accepter la Biologie moderne, mais qui ne manquera pas d’y voir en chaque chose l’action de la « main de Dieu ». Cette position, souvent partagée par les Protestants et l’Eglise Catholique, se rapproche d’une sorte d’évolutionnisme théiste. Selon les convictions de chacun, leur discours peut rejoindre ou non les thèses de l’intelligent design. Dans cette catégorie assez hétérogène, il est également possible de croiser des scientifiques croyants, qui sauront toutefois faire la part des choses entre leur Foi intime et la Science.

- Les créationnistes technologiques (C) : catégorie très particulière, qui attribue la création de l’Homme ou de la vie sur Terre à une race supérieure, des extra-terrestres par exemple, sans les diviniser pour autant. Cette pensée, présente dans certains courants ufologues, considère ces créateurs comme des savants très avancés, dont le génie ne repose que sur des connaissances scientifiques supérieures. Citons en exemple les Raëliens, la Scientologie ou encore les fameux Ingénieurs du film Prométhéus.

- Les Evolutionnistes agnostiques (E) : ces derniers, agnostiques, refusent de trancher le débat ou considèrent que la question du rôle du divin dans les lois naturelles ne peut pas être résolue. Cette position est cependant différente de celle des apathéistes, qui considèrent le sujet divin comme inutile et s’en désintéressent, ou encore des athéistes, qui réfutent l’idée du divin en toute chose.

- Les Evolutionnistes scientifiques (E) : il me semble nécessaire de rappeler, à travers cette catégorie, que bon nombre d’étudiants ou chercheurs en biologie de l’évolution se limitent à une prise de position purement scientifique et entendent réfuter le créationnisme sur ce seul terrain. A leurs yeux, toute conviction non-scientifique n’a pas de place dans le débat. On pourrait qualifier leur démarche de rationaliste.

- Les Evolutionnistes matérialistes (E) : ces partisans sont rattachés au matérialisme philosophique, tel le biologiste Richard Dawkins.

polls_creationism_proof_2812_4911_poll_xlarge

Mouvance complexe, le créationnisme n’en reste pas moins un véritable danger pour la science américaine. La pression de ses partisans, unifiés autour d’un même combat contre la biologie moderne, peut à chaque nouvelle élection locale ou nationale faire reculer l’enseignement et la recherche scientifique aux Etats-Unis. Les répliques de la Républicaine Sarah Palin concernant la Drosophile avaient provoqué l’hilarité générale en 2008. Aujourd’hui, la plaisanterie ne fait plus rire. Car dans ce pays laïque mais profondément croyant, où la question religieuse prend une place prépondérante dans le débat politique, le créationnisme apparaît de plus en plus comme une opinion respectable plutôt qu’une menace aux yeux des américains moyens. Principale raison ? La liberté d’expression et de culte (Premier amendement), qui pousse les lobbies à réclamer un enseignement alternatif et à exiger un droit de regard sur la recherche publique. Sans que l’état n’ait réellement son mot à dire dans cette affaire.

Il faut, pour une fois, nous féliciter de notre système français, qui malgré la crise résiste encore à la pression obscurantiste. Certes, la situation est fragile dans certains collèges et lycées, la pression créationniste s’accentue d’année en année contre l’enseignement secondaire, et la manifestation du 13 janvier dernier fut également l’occasion pour les intégristes religieux d’exiger un recul de nos acquis sociaux en matière de conception et de contraception. Mais à la différence des Etats-Unis, notre laïcité nous offre des bases solides pour ne pas céder. Il nous suffit de nous en souvenir, et de se rallier à cette lumière face à cette vague de repli obscurantiste.

Un grand merci aux contributeurs Facebook m’ayant adressé leurs remarques et commentaires lors de la rédaction de ce billet !

 

85 commentaires sur : Créationnistes contre Evolutionnistes : l’inquiétante situation américaine

Poster un commentaire

 

 

 

Cliquez sur "Répondre" dans un commentaire si vous souhaitez y répondre en particulier. Utilisez sinon la fenêtre ci-dessous pour poster une nouvelle discussion. Vous pouvez enrichir votre message avec des balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>