mai 2012
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Craignez l’Alien – Anthologie

Les romans de licence se révèlent souvent inégaux en terme de qualité littéraire, cela ne sera une surprise pour personne. Tout lecteur de ce genre de romans se doit d’accepter cet état de fait s’il veut dénicher quelques pépites cachées dans cette prose limoneuse. En tant qu’amateur des univers Warhammer, je fais partie de ces chercheurs d’or, toujours à l’affut de bons textes de licence, et je dois bien avouer que les romans de la Black Library cachent quelques trésors qui méritent vraiment d’y investir quelques euros. Dernière trouvaille en date, une anthologie récente (décembre 2011) consacrée aux aliens du 41ème millénaire. Ces fameux « Xénos » comme les surnomment les autorités de l’Imperium représentent une menace grandissante pour l’empire humain. Seules la volonté des space marines, guerriers sur-humains de l’Empereur, et la multitude des armées impériales de la galaxie font barrage face à la pression alien. Mais pour combien de temps encore ?

Cette anthologie dirigée par Christian Dunn nous offre un intéressant tour d’horizon concernant ces fameux Xénos. Une belle entrée en matière nous est offerte par Dan Abnett, auteur que l’on ne présente plus. Dans « Les Jardins de Tycho », il imagine une enquête du Magos Biologis Drusher, confronté à la présence d’un terrible prédateur xénos échappé d’un zoo planétaire. Après cette excellente entrée en matière, Juliet E. McKenna relate dans « La Peur en soi » la défense désespérée d’un monde impérial envahi par une flotte-ruche tyranide. Une nouvelle de SF militaire fort bien construite qui emprunte avec délice quelques éléments du film Starship Troopers. Vient ensuite la première partie d’un dyptique de nouvelles, relatant l’exploration d’un gigantesque space hulk par trois factions différentes. Dans « Réquiem Prométhéen », Nick Kyme s’intéresse à l’expédition de terminators Salamanders dans cet immense conglomérat d’épaves spatiales. Tandis que Aaron Dembski-Bowden lui répond dans « Le Cœur » par les récits entre-mêlés de pillards renégats Night Lords et – chose assez étonnante pour être remarqué – du genestealer alpha à l’origine de l’infestation xénos de ces épaves. Le dyptique est une réussite, un des meilleurs récits d’exploration de space hulks qu’il m’ait été permis de lire jusqu’à présent.

Les Eldars sont également mis en avant dans ce recueil. Une première nouvelle met en scène un voïvode eldar noir cultivant une passion amoureuse pour sa rivale. « Un présent pour Dame Baeda » de Braden Campbell nous narre, non sans humour, les maladroites tentatives de séduction de notre seigneur eldar noir, pour qui l’amour reste un sentiment bien saugrenu ! Cette très bonne nouvelle nous fait rapidement oublier « Visages » de Matthew Farrer, un texte assez ennuyeux consacré aux Arlequins eldars. Mark Clapham dans « Sanctifité » met en scène un technaugure du Mechanicum, se dressant seul pour sauver son croiseur spatial d’un rapt organisé par des pirates eldars noirs. Une nouvelle assez classique mais efficace. Des éclaireurs eldars tenteront d’arrêter des pillards humains dans une nécropole nécron, en vain : « L’Ambition n’a pas de limites », comme nous le rappelle Andy Hoare. James Gilmer égratigne sérieusement la notion de Bien Suprême de l’Empire Tau dans « Unité », qui méritera certainement une réponse partisane d’un autre auteur de la Black Librairie. Et enfin, cerise sur le gâteau, « Déluge de Fer » de C.L. Werner relate une mission d’infiltration orks à travers les pensées d’un nobz. Une très belle surprise que ce texte, qui sait retranscrire à sa juste mesure l’intelligence et la bestialité de ces xénos verts tout en tranchant définitivement avec les clichés les plus grotesques qui leur sont associés.

Au final, nous avons là un très bon recueil, avec une seule nouvelle peu convaincante sur l’ensemble. Le score est donc plus qu’honorable ! Inutile donc de conseiller ce livre aux amateurs de l’univers Warhammer 40,000 , ils se seront certainement déjà jetés dessus. Quant aux néophytes, ils seront agréablement surpris d’y trouver des textes plaisants à lire, renseignant efficacement sur ce sombre futur galactique, et se positionnant comme « bonne » littérature de licence. Que demander de plus, si ce n’est plus d’anthologies de la sorte ?

 

7 commentaires sur : Craignez l’Alien – Anthologie

Poster un commentaire

 

 

 

Cliquez sur "Répondre" dans un commentaire si vous souhaitez y répondre en particulier. Utilisez sinon la fenêtre ci-dessous pour poster une nouvelle discussion. Vous pouvez enrichir votre message avec des balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>