avril 2012
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Evangelion: 2.0 You Can (Not) Advance – Hidaeki Anno (2009)

evangelion2J’ai enfin visionné hier soir le second volet de la tétralogie « Rebuild of Evangelion », le projet de Hidaeki Anno basé sur le fameux japanime Neon Genesis Evangelion. Et autant j’avais adoré le premier volet, autant ce second opus m’a laissé une impression mitigée, voire mauvaise.

Pourtant, Evangelion 2.0 figurait parmi les films d’animation les plus attendus. Cette nouvelle refonte de la série initiale, qui se veut une révision complète des mythiques épisodes de la Gainax, n’a d’ailleurs pas manqué de séduire le public japonais. Lors de son premier week-end de distribution au Japon, le film se hissa en première position au box-office, accumulant pas moins de 510 millions de yens de bénéfice. Au final, le film culmina à la troisième place du box-office japonais de 2009. Belles performances. Et ce succès n’est tout de même pas si démérité. Visuellement, dès les premières minutes, la barre est mise très haut. Nous sommes loin des qualités graphiques assez moyennes de la série TV initiale ! Ici, nous avons affaire à du grand spectacle, le genre d’anime à aller voir au cinéma pour en prendre plein les yeux. L’esprit de la licence revient continuellement dans ces scènes de mecha impeccables opposant les Eva, ces bio-robots symbiotiques aux origines technologiques assez flous, à leurs ennemis jurés, les énigmatiques « Anges ». Rien à dire de ce côté-là, le spectateur retrouve immanquablement l’univers shōnen de SF post-apocalyptique techno-futuriste qui fait la signature de cette série.

Mais la qualité visuelle sert un scénario assez décevant. Au lieu d’effectuer un montage alternatif du script de la série, les réalisateurs nous proposent une toute autre lecture de l’histoire, dans laquelle apparaît une nouvelle pilote, Mari Illustrious Makinami. Cette dernière ouvre l’anime par un impressionnant combat entre son Eva-O5 provisoire et le squelette ressuscité du troisième Ange. Sans trop savoir qui elle est et quelles seront ses interactions avec les autres pilotes, on la retrouve quelques temps après parachutée sur Tokyo-3 puis aux commandes de l’Eva-02 pour le combat final de cet opus. De quoi éveiller l’intérêt des fans mais sans apport significatif à l’histoire. Asuka subit aussi de curieuses modifications : la voilà devenue amoureuse de Shinji, terriblement jalouse de Rei. Elle finit même par piloter l’Eva-03. Oui, c’est elle et non le meilleur ami de Shinji qui se retrouve aux commandes de l’Unit-03 lors de sa possession par le 9ème Ange ! Toute la situation dramatique et la tension psychologique de la destruction de l’Unit-03 par l’Eva-01 se retrouvent donc totalement bouleversées. Enfin, Rei passe de son personnage froid et distant à une jeune fille tiédasse cherchant à s’éveiller au monde (ou à son amour naissant pour Shinji, probablement). En résumé, nous avons donc une nouvelle pilote sortie de nulle part, un triangle amoureux d’adolescents névrosés et même une réécriture des combats contre les Anges. Sacrée refonte !

L’anime sort-elle gagnante de ces modifications ? Pas vraiment. Beaucoup de fans ayant fantasmé ce triangle amoureux entre Shinji, Asuka et Rei s’en retrouveront contentés, mais l’esprit de la série initiale y perd énormément. L’aspect psychologique de ces adolescents torturés s’étiole, leurs personnages deviennent plus insipides, trop communs. Et l’on perd de la violence psychologique de cette série dramatique. A tel point que même la scène mythique de l’Eva-01 « berzerker » est remaniée de façon ridicule. Je ressors donc assez déçu de cette nouvelle version, et commence à craindre pour Evangelion 3.0 : que vont-ils faire d’un personnage aussi complexe que Kaworu Nagisa, le pilote de l’Eva Mark. 6 ? Je croise les doigts pour que ce « Rebuild » ne sorte pas définitivement des rails de la série originale et nous offre, enfin, un véritable final digne de cette formidable licence.