novembre 2011
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Radieux – Greg Egan

Lire un recueil de nouvelles de Greg Egan constitue un plaisir sans cesse renouvelé. Cet auteur incontournable de la hard science, connu de bon nombre de lecteurs pour sa Cité des Permutants, explore au fil de ses nouvelles l’éternel dialogue entre l’homme et la science. Rare auteur de SF a avoir été invité dans les colonnes de la prestigieuse revue Nature, Greg Egan écrit depuis près de 30 ans. Mathématicien de formation, il maîtrise aussi bien la physique, la biologie que les nouvelles technologies. Treize romans et une soixantaine de nouvelles plus tard, il n’en finit pas d’étudier notre humanité au microscope, de disséquer chair et esprit à l’aide de sa plume, et d’observer l’évolution exponentielle de notre savoir.

Auteur encore trop peu traduit en français, Greg Egan a été introduit en France grâce à des traducteurs enthousiastes, comme Sylvie Denis, Francis Valéry ou encore Francis Lustman. Les éditions Le Belial’ , en partenariat avec Quarante-deux, ont eu la bonne idée de publier entre septembre 2007 et novembre 2009 trois recueils de nouvelles de Greg Egan, présentées au lecteur dans une traduction harmonisée. Après Axiomatique, j’entame le recueil Radieux, premier paru de la série, et contenant 10 récits de l’auteur australien. D’un sommaire fort alléchant, Radieux met en scène la confrontation de l’homme face à une nature qui le dépasse, ainsi que son combat technologique quotidien pour la surpasser. Optimisme et pessimisme scientifique s’affrontent chez cet auteur moraliste, dans une mosaïque d’anticipations visionnaires.

Mais passons à l’analyses des nouvelles de ce recueil, globalement de bonnes factures à l’exception de rares bémols :

- Paille au vent : une jungle génétiquement modifiée capable de s’auto-défendre sert de camp de base aux narcotrafiquants, réfugiés sud-américains et généticiens altermondialistes. Un agent secret est expédié dans cet enfer végétal génétiquement modifié pour récupérer vivant un biochimiste, Guillermo Largo. Sous fond de transhumanisme débridé, sa mission va rapidement prendre une toute autre forme.

- L’Ève  mitochondriale : dans un futur proche, une puissante secte scientifique tente de recréer l’arbre génétique de l’Humanité en partant d’une racine commune, symbolisée par une Ève universelle. Mais les travaux d’un scientifique intègre et sceptique viennent bousculer cette nouvelle croyance très populaire. Une excellente nouvelle autour des questions religieuses, identitaires et de l’intrusion de la génétique des populations dans ces débat. L’un des meilleurs textes de hard science qu’il m’a été permis de lire !

- Radieux : un thriller mathématique autour de concepts assez complexes d’algèbre alternative. Difficile d’approche mais passionnante, cette nouvelle plonge le lecteur dans une captivante rencontre mathématique du troisième type.

- Monsieur Volition : une courte nouvelle mettant en scène les théories de la conscience de Marvin Minsky et Daniel Dennett, loin d’être à la hauteur de ces modèles psychologiques, selon une note d’Egan. Et je lui donne raison sur ce point.

- Cocon : une entreprise de biotechnologies développe des cellules génétiquement améliorées pour constituer une barrière placentaire plus restrictive, et ainsi protéger le foetus des virus, drogues et alcool. Mais le laboratoire de R&D de la firme subit un attentat. Le détective privé en charge de l’enquête pour l’assurance remonte progressivement une piste terroriste, et découvre que cette manipulation génétique vise avant tout à éradiquer l’homosexualité. Notre détective, lui-même gay, se retrouve partagé entre son sens du devoir et son éthique professionnelle. Greg Egan s’inspire ici des travaux polémiques du Dr. Günter Dörner (1970), qui crut voir une corrélation entre le « pic » d’homosexuels dans la population masculine allemande née durant la période 1942-46 et le stress subi par leurs mères lors des bombardements alliés. Une très bonne nouvelle où Egan aborde, à travers l’eugénisme, le très sensible dossier de l’homosexualité interprétée comme une maladie. Derrière la fiction, il dénonce cet argument fallacieux, bien loin d’être enterré dans notre société actuelle.

- Rêves de transition : lorsque l’on numérise votre conscience pour la copier dans la mémoire d’un robot Gleisner, à quoi rêve-t-on ? Et pourquoi n’en a-t-on plus aucun souvenir à son réveil cybernétique ? Telles sont les questions que se pose un centenaire, peu de temps avant de se faire numériser. A moins qu’il ne soit déjà en train de rêver ? Une courte nouvelle élégamment écrite, autour du thème de la sauvegarde de la conscience, sujet sur lequel Egan revient fréquemment dans ses nouvelles.

- Vif Argent : un virus extrêmement létal se propage dans la population. Ses symptômes provoquent une nécrose dermique très douloureuse et un décès rapide du patient. Claire est une épidémiologiste en charge de l’étude de la propagation du Vif Argent sur le territoire américain. Ses enquêtes l’amènent à s’intéresser aux communautés new age, qu’elle suspecte de favoriser la propagation du virus à des fins religieuses… Une nouvelle à déconseiller aux hypocondriaques.

- Des raisons d’être heureux : un trentenaire vit reclus chez lui, après qu’un médulloblastome l’ait privé, enfant, de ses centres nerveux du plaisir. Une prothèse cervicale révolutionnaire pourrait cependant palier à cet handicap. L’implant lui permet même de contrôler à volonté ses propres plaisirs. Le jeune homme entame alors un lent processus de réapprentissage, après 18 ans de gel émotionnel. Une fiction-témoignage autour du cancer, de la maladie et de la rémission. Comment redevenir humain après avoir été profondément brisé par le crabe et son lourd traitement ?

- Notre-Dame de Tchernobyl : une icône ukrainienne fait couler le sang. Des collectionneurs avertis se l’arrachent, mais pour quelles raisons ? Une nouvelle qui traîne en longueur, avant que l’auteur n’associe enfin cette icône à l’incident de Tchernobyl, en 1986. Dommage de devoir peiner jusqu’aux dernières pages avant de voir l’intrigue enfin décoller.

- La plongée de Planck : dans un lointain futur, une expédition scientifique projette de plonger au coeur d’un trou noir de Schwarzschild. Alors que les derniers préparatifs s’achèvent, un curieux voyageur arrive en provenance de la Terre. Rapidement, l’hôte s’incruste dans le programme de recherche. Son but ? Ecrire la légende, tel un Homère du futur, de ces explorateurs de la singularité gravitationnelle.

Radieux constitue donc un recueil très satisfaisant. Quasiment toutes les nouvelles font mouche, et le lecteur attentif ressort blufé par les mises en scènes scientifiques d’Egan. Figure incontournable de la science-fiction, Greg Egan est devenu l’un des auteurs phares de l’anticipation scientifique. Ses nouvelles, intelligentes et percutantes, méritent que tout amateur de SF s’y intéresse. Et vous ne devriez pas être déçus du voyage !

Lire aussi chez : Efelle, Gromovar,

 

7 commentaires sur : Radieux – Greg Egan

Poster un commentaire

 

 

 

Cliquez sur "Répondre" dans un commentaire si vous souhaitez y répondre en particulier. Utilisez sinon la fenêtre ci-dessous pour poster une nouvelle discussion. Vous pouvez enrichir votre message avec des balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>